Jakarta | Musée national

Si le premier essai ressemblait plutôt à un tour de chauffe, aujourd'hui je m'en vais avec une idée bien précise en tête : Faire un tour de ville à l'aide du Double Deck Bus City Tour mis en place gratuitement par la ville, poursuivre avec les musée et monument nationaux, pour enfin terminer par le quartier des affaires, d'où je reserverais mon chauffeur pour rentrer. Cette fois, Jakarta ne m'aura pas ! ^^


J'avais lu sur quelques blogs que ledit bus part en général du musée, en face du monument national. Mais c'était sans dire qu'il m'aura fallu contourner l'ensemble du parc qui borde le symbole de l'Indonésie. Ce fut pour moi l'occasion de croiser/découvrir en chemin le MayDay 2015, une manifestation revendicative, à l'indonésienne. Et quand je dis à l'indonésienne, j'entends une manifestation presque silencieuse, avec un principal speaker entouré de centaines de personnes (attentives), eux-mêmes encadrés d'une ligne continue de policier. En petit français habitué des manifestations et des grèves - qui ressemblent parfois à des guérillas urbaines - le contraste est d'autant plus fort. Mais je sais que Singapour et la Malaisie sont encore plus stricts sur la libre expression revendicative, alors je suis tout de même chanceux d'assister au spectacle !


Une fois l'arrêt de bus trouvé, je profite de ce petit tour en ville où je suis sûr de ne pas me perdre. Le hic ? J'ai du oublier un moment que j'étais dans la capitale du 4ème pays le plus peuplé au monde... Il nous aura donc fallu presque 2h pour faire le tour de quelques sites principaux, sans commentaires. Ok ! Ce n'était peut être pas mon idée la plus brillante, mais l'avantage, c'est qu'il me dépose juste devant le musée national !


Je dois avouer que le musée est assez impressionnant ! Grand, propre et assez bien organisé... Quelque peu en contraste avec le reste de l'Indonésie. A l'entrée, des statues principalement hindoues rapportées de la plaine du Kedu, dont notamment des temples de Prambanan ou de Borobudur où je me suis déjà rendu. Je me posais la question de savoir pourquoi les statues n'avaient pas toutes leurs parties, ma réponse est ici.





Les galeries suivantes font référence à la poterie céramique et en terracota (12-15ème), chauffée entre 400°C et 500°C pour lui donner sa forme définitive. C'est entre 1400 et 1500°C que les poteries commencent à se fendre. Si les premières techniques dateraient de la préhistoire, il est expliqué que c'est aussi de cette façon que les Indonésiens ont été amenés à thésoriser leur argent dans de petites tirelires en forme d'animaux.



Une belle introduction à l'impressionnante collection de vases et de vaisselle des dynasties Ming et Yvan, qui avaient principalement colonnisé les îles de Sumatra, Sulawesi et Moluques. La proportion d'objets de collection chinois laisse penser qu'ils ont dominé longtemps cette partie du monde, avant de faire l'objet de critiques de la part des asiatiques du Sud-Est. Je retrouve également des collection de porcelaines Vietnamiennes et Thaïlandaises, plutôt originaires de Sulawesi. Je dois avouer que ma préférence est plutôt donnée aux objets thaïlandais dans tout cet ensemble, moins sobre et plus colorés... Egalement, quelques objets des anciennes colonnisations japonaises.


Vase Ming

Série de vases Ming

Série de vases Ming retrouvés à Bali




Les autres galeries parlent plutôt de la culture des différents îles de l'archipel, de leurs symboles, de leurs rituels et plus globalement de l'Histoire de l'Indonésie sur les autres étages. Par exemple en ce qui concerne la folklorique culture Papouasienne, je m'aperçois que leurs coiffes aussi impressionantes soient elles, ont un sens très rituelique. Lors du décès d'un proche, la tradition veut que l'âme de ce désormais ancestre soit autorisée à rester une seule et unique nuit sur terre, où les papouasiens se prêtent à danser et fêter au mieux ce départ. Au delà de cette région, la célébration de la mort par les asiatiques, permettrait de vivre une vie plus paisible et équilibrée.




Ce musée est une vraie ouverture sur la pluriculturalité et la compréhension du pays. S'il est précisé que l'Islam est arrivée au 13ème avec les marchands Perses, Arabes et Gujarat, beaucoup de la culture reste rattachée à l'Hindouisme et au Bouddhisme. Mais les musulmans de l'époque ont beaucoup influencé l'architecture (ornements, styles) et la culture en lui ôtant notamment ce qui touche à la nudité (beaucoup de représentations et traditions n'ayant pas ce même sens pour les corps d'hommes et de femmes). En matière d'organisation de la société, il est indiqué que la noblesse était principalement constituée de figures religieuses ayant réalisé leurs études dans des écoles islamiques (ce qui explique sans doute leur influence encore actuelle). Ensuite en matière de contrôle, viennent la royauté (les terres) et les hommes d'affaires (les mers). Si elle n'a jamais vraiment été explicitée, il est suggéré que les différences de vies entre les indonésiens s'est notamment établie sur le fait d'avoir suivi une éducation islamique ou non.


#Geoffrey