Jakarta | La Dominante !

Voilà ma dernière étape de ce voyage en Indonésie. Bientôt un mois que je visite ce pays en me demandant à quoi pourrait bien ressembler cette ville capitale. J'ai la chance d'arriver dans la ville un dimanche matin, alors que la plupart des Jakartais est encore à Bandung pour profiter du week-end. J'expérimenterai le dense traffic un peu plus tard, pour l'heure direction un café/restaurant du quartier des affaires, où nous rejoignons une petite communauté de voyageurs-bloggers. Une réelle opportunité de pouvoir échanger nos différentes expériences et d'enrichir la mienne de toutes leurs connaissances en matière de voyage. J'apprends d'ailleurs, lors de cette rencontre, le fait assez surprenant que mon livre préféré - Le Petit Prince - bien que français, fait l'objet d'une exposition permanente en Corée du Sud, au Japon et à Marrakech. Les petites anecdotes et les bons conseils se multiplient, je crois que l'adage qui dit qu'il est difficile de s'arrêter lorsqu'on commence à voyager prend désormais tout son sens.


Mais le temps (comme toujours) passe bien trop vite et il est l'heure de se rendre au dernier étage de Pramuka City, où je séjourne. Une fois les sacs déposés, je file sous la douche (en accord avec ma nouvelle routine d'une douche par demie-journée) et tourne les yeux en direction de la ville, où le spectacle urbain peaufine cette belle journée.



Bien que je m'étais déjà perdu à Jogja, j'ai voulu m'essayer à me perdre dans les rues de Jakarta, pour me laisser la surprise d'en découvrir les recoins. Mais la dominante ne se plie pas si facilement aux désirs de ses touristes et sa découverte se mérite ! C'est en tous cas ce que j'ai compris au détour de quartiers qui débouchaient sur des impasses, sans même la possibilité de rejoindre l'autre côté de la route...parfois à 8 voies (ou 18 si l'on compte aussi les voies que se créent les scooters).





C'est de cette façon que j'ai fini par me perdre dans les quartiers nord de la ville, au milieu de petites ruelles. Sur mon chemin, je continue d'être la surprise blanche des locaux, mais cette je pense qu'ils s'amusent de me voir arpenter ces ruelles sans vraiment savoir où je vais. Les plus jeunes portent toujours ce regard attentif sur le BULLET (à comprendre, blanc occidental) que je suis, jusqu'à ce que l'un deux me demande de prendre une photo ensemble...de mon appareil. Jusqu'alors, l'habitude était plutôt d'être pris en photo par les locaux mais soit, je vais me hâte à poser pour ma propre collection avec ce garçon du coin. C'est là que les dizaines d'ados du quartier voient la porte ouverte à la photo souvenir... Sachez qu'il est donc fort possible que ma tête se retrouve en centaines d'exemplaires sur Facebook ou Path.

Ma tête sur la 1ère photo...

...et ma tête quand je vois arriver les autres pour poser...

Je continue alors ma route, toujours sans grand succès. Cette fois, on peut dire que ma recherche de surprises n'est plus tout à fait d'actualité. Ma priorité à ce moment précis, c'est le WiFi ! Je veux un GoJek pour rentrer me relaxer au bord de la piscine. La découverte sera pour demain, pour l'heure : Jakarta 1 - Geoffrey 0.

#Geoffrey