Linggiu | Pause cascade

Comme je l'avais dit, la journée est quelque peu rempli. Au programme, un petit plouf dans la cascade non loin de Linggiu, avant de rejoindre Johor Bahru pour retrouver les amis d'AZ et nous rendre à un mariage Malais. Maillot de bain, serviette, appareil photo, nous sautons dans la voiture et partons pour une cascade, non loin de là. Je dois avouer que cette cascade est quelque peu différente de celles que j'ai pu voir en Indonésie. Plus touristique, le site est organisé en resort plus qu'en site naturel où se perdre un jour ensolleillé.



A l'image de ce que j'ai pu voir jusqu'alors de la Malaisie, tout semble être fait pour monétiser les ressources dont le pays dispose. Mon sentiment premier est la crainte que tout ceci ne finisse par entâcher l'authenticité des lieux, sous couvert de tourisme de masse. Sur le chemin, des étudiants en tourisme et venus de Singapour tiennent d'ailleurs à m'interroger sur l'objet de ma visite. Tout ceci ne me rassure pas vraiment quant à l'avenir des sites naturels de Malaisie.


Qu'importe, si les premiers bassins sont déjà bien peuplés, je poursuis ma route jusqu'aux bassins des terrasses (naturelles) supérieures pour trouver un peu plus d'espace. Je note à nouveau que la plupart des baigneurs sont loin de porter les maillots de bain échancrés qu'on pourrait voir aux bords de la Méditerranée. En guise de maillot, ils leur préfèrent un bon T-Shirt, avec le pantalon en coton qui va bien ! Un peu différent de mon shorty de bain également...


L'eau est plutôt fraiche, elle doit être à 23/24°C mais je me dis que mon corps finira bien par s'y habituer. Mais... Mais... Mais AIE ! Le long de jambe, je sens comme des petites décharges éléctriques. Mais lorsque je jette un oeil à ce qu'il y a autour de ma jambe, je n'y vois que de tous petits poissons. Mais oui, ce sont eux qui me mordent ! Ceci explique peut être que les baigneurs utilisent de grands pantalons. A chaque problème sa solution, je me retire donc du bassin où je suis entré, pour me reposer entre deux bassins et profiter des chutes d'eau pour un petit massage naturel.


Sur les rochers de la cascade se trouvent quelques indonésiens du coin. L'occasion de faire connaissance le temps de notre visite et de discuter de tout et de rien. Nous ne nous reverrons sans doute jamais, mais nous partageons tous ensemble notre nourriture, nos anecdotes de vie, des moments de rires et mêmes quelques vacheries. Mais le temps passe bien vite, peu après le temps du déjeuner, j'enfile mon T-Shirt rempli de fourmis (qui finiront elles aussi par me mordre) et c'est parti direction JB !

#Geoffrey