KL | L'IndoSingapourienne

A l'instar de Jakarta, je m'attendais à trouver dans la capitale Malaysienne, un condensé de culture et d'histoire. En voyant le nombre important de touristes, notamment Européens, je me dis que cette ville doit avoir quelque chose à offrir au Monde. Mais depuis mon entrée en Malaisie, j'ai ce sentiment que le pays est quelque part entre l'idéal Singapourien et l'émergente Indonésie. Ses tours Petronas en sont la flagrante représentation, avec ce fameux pont qui représente la jonction entre le passé et le futur. Et mon arrivée à KL ne fait que confirmer ce sentiment. Les nombreux buildings - qui ont à peine plus de 20ans - marquent l'ambition et la compétition avec Singapour, quand au pieds de ces tours on retrouve des attitudes mercentiles, des infrastructures, un style de vie plus proche de celui de l'Indonésie. Bien sûr, les deux pays n'ont que des points communs dans la forme, puisque dans le fond la Malaisie est un melting pot asiatico-oriento-européen !


Lorsque je parcours les rues de KL en compagnie de Yee Te (ou Will de son nom occidental), j'ai besoin de mettre des mots sur ce que je vois sans arriver à le décrire. En 5 mots, je lui demande ainsi de me décrire sa ville. Multi éthnique me dit il, car il est évident que toutes les populations se mélangent (hindous, chinois, japonais, malays, occidentaux, etc.) et font partie d'un même ensemble. Semi moderne, car si cette ville peut rassembler tout le confort qu'on exigerait d'une ville moderne, il lui semble que des progrès restent à faire en matière d'optimisation urbaine. Densément peuplée de voitures, bien que le niveau ne soit pas encore celui de Jakarta, les habitants de KL sont nombreux à préférer leurs voitures (quand on ne parle pas des plus aisés qui font des courses de Porsche...) aux transports publics. Ambitieuse, car comme je l'avais noté, cette ville investit énormément dans l'expansion de son territoire et de ses moyens, bien souvent en arrière pays de Singapour pour lui devenir compétitive et devenir à son tour une place incontournable du commerce asiatique. Et enfin, semi intégrée. Voilà que ce dernier point m'interroge ! Si la ville lui est multi ethnique, il me raconte que - bien que représentés en politique - les conflits d'intérêts sont nombreux entre les différentes populations et il n'y a pas vraiment de vision commune entre les différentes ethnies présentes en Malaisie. Me voilà donc bien avancé !

Cette ville a quelque chose de particulier que j'ai du mal à saisir. Est ce la culture qui m'est vraiment trop différente ? Est ce la fatigue qui joue sur mon intérêt pour cette ville ? Est ce simplement le fait que KL soit devenue une ville de grands (cf : Le Petit Prince) dans laquelle le rêve est devenu une marchandise ? Le pont de son emblématique représente la jonction entre le passé et le futur. Mais dans cette course folle, KL ne se serait-elle pas tout simplement oubliée... C'est une ville dont l'identité s'est formée à l'image de son aire urbaine. Eparpillée. Eclectique. Mais obstinée.


Puis lorsqu'il y a les questions trop épineuses, il y a...la nourriture ! Et autant dire que, si les malais ne s'y rendent pas tellement car on y cuisine du porc, une petite rue du nom de Jalan Alor (près de Bukit Bintang) est un véritable paradis des papilles. Certe, pour le côté authentique on repassera, mais cette rue touristique vous offre de découvrir toute la cooking culture des environs.


#Geoffrey