Bali | Singeries sacrées

Aujourd'hui, direction Ubud pour visiter la célèbre réserve naturelle, appelée aussi "Foret sacrée des singes" ! On y dénombre pas moins de 200 macaques (et autant de touristes). Je crois que c'est sans doute la bas que j'ai croisé le plus de français, dans l'ensemble de mon séjour à Bali. On pourrait penser que les singes sont tenus en captivité dans cet espace, mais bien au contraire ils y sont très libres et font partie de la vie du sanctuaire, autant que de celle de la ville.

Entrée de la Foret sacrée des singes, Ubud

Ici, les consignes sont plutôt claires. Le touriste a le droit de repartir avec des souvenirs du lieu, tant qu'il respecte la liberté des macaques. On retrouve quelques consignes de sécurité avant d'entrer dans la réserve, qui servent surtout à prévenir toute réaction malencontreuse. Par exemple, il est ainsi fortement déconseillé de donner de la nourriture - autre que les bananes vendues à l'entrée - ou de regarder fixement les macaques dans les yeux. Il faut avouer que leur réaction est assez imprévisible, et les quelques cris  de visiteurs en témoignent.



Comme tout ce que j'ai pu voir jusqu'à présent, le lieu est assez impressionnant. Non par sa taille, mais vraiment par ce mélange entre la nature et les pierres sculptées disposées sur les axes de circulation du parc. Le plus surprenant a été de croiser les statuts des dragons Komodo. En sachant même qu'ils n'étaient pas réels, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer leurs tailles et leur puissance.








Néanmoins entretenue, mon côté européen ne peut s'empêcher d'être fasciné par cette faune dense, tropicale et luxuriante, ces arbres si hauts avec ces racines si larges et ces lianes qui se confondent dans le paysage.







Si je devais me souvenir d'un moment particulier lors de cette visite, ce serait sans doute celui où je me suis assis quelques minutes pour contempler la partie plus sauvage du lieu. A ce moment, je ne m'attendais pas à avoir de la compagnie, mais un petit singe est venu me rejoindre et me prendre la main. Bien entendu, il ne cherchait pas à devenir mon ami. mais simplement à vérifier si j'avais quelque chose à lui offrir. J'ai attentivement observé sa façon d'agir, son regard, les lignes de ses mains ou la déception sur son visage lorsqu'il n'a rien trouvé. J'aurais aimé capturé ce moment, car ce petit singe a tout d'un homme. Mais la surprise ne se prête pas à l'automatisme.






A cela, je dois ajouter qu'on ne trouve pas des macaques seulement dans cette réserve. On peut les trouver un peu partout sur l'île, hormis bien sûr dans les zones urbanisées. Pour cela, il suffit de sortir de la ville et s'aventurer vers les villages un peu plus reculés du centre de Bali. C'est en me rendant à la cascade de GitGit (dans le Nord de Bali) que je me suis rendu compte qu'ils n'étaient pas seulement une attraction à touriste, mais bien une partie intégrante de la vie de l'île.


Allé ! Je crois que je vais me reposer un peu au calme :



#Geoffrey